mardi 11 décembre 2012

C’est toudi les gros qu’on spotche ! (*)

And the BIG winner is...

Gérard Depardieu, alias Gégé, a donc décidé de résider en Belgique, pour des raisons fiscales, croit-on, et non attiré dans notre estaminet pour ses odeurs de frites et de moules marinières. La France en grince de tous ses chicots, quand la Belgique tout entière s'esbaudit. C'est qu'on aime bien les gros, chez nous.

Gégé, qui a beaucoup travaillé, gagne bien sa vie. Les quelques sous qu'il avait mis de côté pour arrondir sa fin de carrière sont dans le collimateur du gouvernement Ayrault, en panne de liquidités pour financer ses filiales syndicales et antiracistes, ses fonctionnaires (mais pas ses entreprises, puisque entreprendre, lorsqu'on est Français plutôt que Qatari, n'est définitivement pas beau) et un aéroport d'où s'envoleront, chimères, des avions de papier fabriqués par une jeunesse bien désœuvrée. Pas plus con que vous et moi, pas plus disposé qu'un vautour à se laisser plumer, Gégé dit : « Basta ! » et, ses valises à la main, bourrées d'or et de billets à trois chiffres, gagne la frontière qu'il franchit à Quiévrain, pour s'établir à Néchin, improbable patelin jouxte Estaimpuis, dans le Hainaut. Nous rassurons les amis de Gégé et ses fans : il y sera bien traité.

La presse française et les responsables politiques français en ont gros sur la patate et déplorent ce départ que rien ne justifie même fiscalement : quand on est riche, on ne cesse jamais de l'être. C'est franchement déplacé que de refuser de mettre encore la main au porte-monnaie pour engraisser le mammouth, surtout quand soi-même on pèse son quintal et demi de lard. Mais voilà, Gégé il a dit : « Marre ! ». Son blé, il est à lui, il ne l'a pas volé. Il n'a rien contre les pauvres et la sacro-sainte solidarité : il est contre la tonte obligatoire des moutons républicains. Quoi de plus triste, en effet, qu'un gras mouton tondu ?

Curieux que dans cette Europe de l'Espace Schengen, garantissant la libre circulation des travailleurs, des personnes et des biens, on puisse faire un tel caca nerveux du fait de l'installation en Belgique, à deux pas de son pays d'origine, d'un travailleur et citoyen sans doute un peu moins modeste que nous autres, les ploucs de base. Pourquoi moi, avec mes quatre sous péniblement gagnés, je pourrais aller m'établir en Autriche sans indigner qui que ce soit nulle part, quand un contribuable de poids comme Depardieu est regardé comme un traître à sa patrie parce qu'il choisit, à plus de 60 ans, de s'installer en Belgique, pays que ne dirige pas de sa poigne de fer un quelconque dictateur mal disposé envers les Droits de l'Homme ? Aurais-je plus de droits que Gégé ? Gégé aurait-il moins de droits que moi ? Curieuse conception de l'égalité... 

Tu es Gabonais, Bengladais, Tchétchène, tu es le bienvenu en France avec ta richesse culturelle millénaire et ton bon sourire. Citoyen d'un monde sans frontières, tu es libre de t'implanter où le vent te dépose, où te pousse la guerre, la dictature, la famine ; chez nous, tu es chez toi. Tu es Français, gras du bide et du porte-monnaie, tu n'as pas le droit moralement de t'installer en Belgique. La France douterait-elle que la Belgique puisse être elle aussi accueillante ? Ça suffit, le monopole du cœur ! Nous n'allons pas vous le torturer, votre Gégé. Viens-t-en, Gégé : tu vas bien rigoler chez nous...

 ——————————

(*)  Légère altération de l'expression populaire wallonne : « c’est toudi les p'tits qu’on spotche ! » — littéralement : « c'est toujours les petits qu'on écrase ! »

6 commentaires:

  1. Bien. Mais j'aimais mieux la castagne avec Asensio, alors j'en remets une couche, à partir de la minute 26.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça c'est fou.
      Je voyais pas du tout les choses de cette manière..
      Merci pour l'info.

      Supprimer
    2. Salut GoyBoy, je connaissais Soral, mais cette vidéo m'a ouvert les yeux hier soir, et m'a fait complètement revoir ma vision du monde. Pour un chamboulement, c'en est un. Je vais mettre du temps pour reconstruire mes opinions, mais dorénavant je m'approcherai sans doute plus de la vérité.
      Merci pour ce lien qui m'a fait du bien tout en me gênant au plus haut point.

      Bon week-end à vous et à Yanka aussi.

      Supprimer
  2. On est tellement habitués au deux poids deux mesures constant de la gauche, qu'on ne sursaute même plus quand on voit ça :

    1. Y FO la libre circulation des personnes, et les frontières c'est mal car les murs brident les petits oiseaux,

    2. MAIS quand un riche se taille pour payer moins d'impôts c'est un manque de patriotisme et un scandale.

    Y FAUDRAIT SAVOIR. C'est l'un ou l'autre, mais ça peut pas être les deux.

    RépondreSupprimer
  3. Il va falloir vous le partager avec Poutine, le Gégé.

    Et puis il est en cheville avec la fille d'un dictatos chaipu où.

    Il est très pris.

    Pierre, remettez vous, y a un truc qui coule, là, au coin de votre oeil. Une larmes mystique. Bon, vous approchez pas trop de la vérité non plus, parce que ça chauffe la cire et les plumes tombent.

    Et pour voler, Icare vous le dira, c'est moyen.

    RépondreSupprimer