jeudi 29 décembre 2011

L'étranger familier, l'étrange imagier

Illustration de Georges Delaw
Je ne suis vraiment pas le type à m'emballer pour un calendrier, avec ou sans nénettes à poil dedans. Celui que le facteur a déposé hier matin dans ma boîte porte un intitulé rébarbatif à souhait : Calendrier 2012 de collecte des déchets. Un beau calendrier toutefois, en papier recyclé, de belles couleurs et des polices un peu vintage. Je jette un œil dedans par curiosité. Le mois d'avril. Trois dessins, chacun illustrant un dicton lié au mois. Les dessins évoquent des scènes de la vie champêtre à la mode 1900. En marge, un texte. En haut, ce bandeau : Le mois d'Avril, par Georges Delaw. Je feuillette le reste du calendrier : les douze mois de l'année sont illustrés à l'identique et tous les dessins sont de Georges Delaw ! Les textes en marge sont, lis-je, « tirés de l'exposition Georges Delaw et Jules Depaquit : deux Sedanais à Montmartre, produite en 2004 par la Médiathèque de Sedan. » Vous vous en moquez, je vois bien. Georges Delaw ? Kicédonc ?


Georges Delaw
Georges Deleau (puisque tel est son véritable nom) est né à Sedan le 4 septembre 1871, et mort à Paris (Montmartre) le 8 décembre 1938. Peintre, décorateur et illustrateur, il fut aussi l'un des piliers du fameux Lapin Agile, où l'on imagine qu'il dut, avec son camarade Jules Depaquit, autre Sedanais (Balan), rencontrer Mac Orlan ou Carco, voire trinquer avec eux. Pour ne rien vous celer, Georges Delaw bénéficie même d'une entrée dans le Dictionnaire International des Militants Anarchistes. La preuve ? C'est ici. Oui, bon — et alors ?

Je ne connaissais rien de ce Georges Deleau dit Delaw avant le début des années 80, jusqu'à ce qu'un jour une très vieille et toute petite dame me montre un article sur lui, paru dans le journal local du village belge ardennais de Herbeumont. Elle l'avait bien connu, se souvenait de lui au temps de sa jeunesse à elle, quand « l'Ymagier de la Reine » — ainsi qu'il se nommait lui-même — se rendait à Herbeumont, qu'il aimait beaucoup, où son père Jean Hubert était né, en 1833, avant de quitter la Belgique pour la France et Sedan où il fonda le Café des Soquettes, aujourd'hui débaptisé. Cette vieille dame, née en 1896 (et morte en 1992), s'appelait Hélène Deleau, et elle était la dernière vivante des trois sœurs de ma grand-mère maternelle Eugénie (1894-1948). Ma grande-tante, donc. Vous commencez à saisir le truc, je pense. Une histoire de famille.

 Jean Joseph Deleau, né en 1807 à Orgéo, meunier à Herbeumont (le moulin, dont il fut le premier meunier, existe encore, restauré et aménagé en gîte ; il est aussi appelé « des nawés » — des prairies, en patois local —, ou plus rarement « des naives », comme sur la carte postale ancienne ci-contre), épousa en 1832 Anne Marie... Deleau ! Ils eurent l'année suivante un premier fils, Jean Hubert (le père de Georges Delaw), puis un second en 1836, Jacques Joseph, mon arrière-arrière-grand-père (qui, outre Arthur mon arrière-grand-père, aura un autre fils, prénommé Édouard (Edward), qui s'exilera aux États-Unis, en Pennsylvanie, pour travailler à la Pittsburgh Plate Glass Company, avant de traverser le pays d'Est en Ouest lors de la crise de 1929 pour s'établir à Los Angeles où il mourra le 25 février 1943, laissant une flopée derrière lui de descendants (DeLeau). Ne nous égarons pas toutefois et revenons à notre mouton noir, l'anarchiste Georges Deleau, dit Delaw.

Georges Deleau et moi avons donc des ancêtres communs, et j'en suis fier. C'est une petite vanité, qui doit vous sembler bien ridicule dans ce monde où chacun est fils de..., neveu de... Ce qui chez cet homme réputé gentil, affable et sage (selon Franc-Nohain) me plaît, ce n'est pas tellement son art (ce n'est pas Chagall, ni Renoir), c'est sa condition d'artiste au sein d'une famille spectaculairement grande qui n'en compte aucun, fors lui et moi, si on veut bien m'accorder ce statut.

J'ai longtemps été considéré — et je le reste dans une large mesure — dans la famille comme un bizarre coco, du seul fait de mon engouement, précoce il est vrai, pour la littérature et l'écriture, mon intérêt jamais démenti ni rassasié, ancien lui aussi, pour la musique ou la peinture — bref, la créativité artistique. De ce fait, quand je n'avais de moustache que l'ombre d'une, et le poignet douloureux à force de..., je m'interrogeais sur mon identité. À mon père, vraie bête de somme, bonhomme taciturne et toujours agacé, je ne ressemblais en rien. Son modèle ne m'inspirait pas (il disait détester les enfants, il en avait fait douze à ma mère). De l'aube au soir il courait, passait de l'écurie aux champs et des champs au jardin. Il coupait, fendait le bois, réparait une clôture, véhiculait des brouettes et des brouettes de fumier. En plus de ça, il avait un emploi rémunéré aux Chemins de fer, et pas une sinécure, puisqu'il était poseur de voies. Il courait sans cesse, et ce faisant me courait aussi sur les nerfs — et c'était réciproque. Je courais aussi à ma façon : au moins pressé. Je rêvassais, lisais, me gavais de hit-parades. Mon père avec sa gueule renfrognée rentrait soudain et me voyait le derrière collé contre la cuisinière, occupé à que dalle, ou bien à cracher sur la taque brûlante et à suivre, fasciné, le bouillonnement humide de mes glaviots. Je pouvais être plongé depuis des heures dans l'un des trois volumes du grand Larousse que le damné paternel surgissait toujours pour me houspiller — Ay ! ay ! ay ! — et me prédire un radieux avenir de bon à rien. Je pense à cet égard ne pas l'avoir déçu, si bien qu'à cinquante berges bientôt, messieurs, mesdames, je me targue d'être une perfection dans l'inutilité sociale ! On a voulu que... ? Eh bien je... ! Et merde aux pères !

L'artiste, de par sa sensibilité particulière, son attention aux choses en apparence futiles, sa perception éblouie du temps (je ne déteste pas avoir trouvé cette formule de perception éblouie, qui peut-être ne veut rien dire, mais qui me semble juste à cet instant, comme une note égarée mais parfaite dans une composition musicale) — l'artiste donc est un bon à rien pour le productif, l'agité, le grippe-sou. Au regard du bœuf à la charrue, le papillon et la libellule sont des êtres nuisibles ; ça volète et ça butine — quoi d'autre ? Ce que notre lourdaud à quatre pattes ignore, avec son cul bardé de mouches, c'est que le papillon comme la libellule le regardent, lui, comme un écervelé de première, un cinoque, un dingo ; ça trime, ça sue, ça pue — quoi d'autre ? Vieilles querelles animalières. Nous ne sommes pas toujours fait du même bois que nos pères, et si nous leur ressemblons par la gueule, la silhouette, la démarche, la casquette de guingois et le grimpant qui godaille, nous sommes quant au principal, l'esprit, des iconoclastes, du mort-bois, les gourmands du labeur — et j'entends bien gourmand au sens horticole de rameau inutile, pompeur improductif et assoiffé de sève.

Fresque de G. Delaw (Villa Arnaga, Cambo-les-Bains)
Je ne sache pas que Georges Delaw, l'anarchiste, ait jamais posé nulle part la moindre bombe pour expédier au ciel un quelconque et fort ventru bourgeois. Ce devait être un idéaliste, un jean-foutre de la cause. Il est présenté partout comme gentil et chaleureux ; rien à voir donc avec un Ravachol. Sa contribution à l’œuvre anarchiste — très active et meurtrière en ce temps-là — se borne donc, jusqu'à plus ample informé, à des caricatures paraissant dans des journaux satiriques : Le Sourire, Le Rire, ou bien encore La Baïonnette, et dans Le Figaro Illustré. Il illustra des livres de Francis Jammes, d'Anatole France, de Jules Renard. Jammes lui dédicacera (« Au grand Delaw ») le portrait de lui que Delaw réalisa dans son atelier de la rue Durantin. Il décora l'une des pièces de la fameuse Villa Arnaga d'Edmond Rostand, à Cambo-les-Bains (Rostand dira de lui : « La grâce de sa fantaisie est unique. Il est l’illustrateur national du Folklore. »). Il décora aussi la maison du critique d'art Arsène Alexandre, ce qui me plaît infiniment : l'oncle chez qui j'ai été élevé et dont j'évoque la sereine figure parfois, avait nom Vital Alexandre, et son père s'appelait... Arsène Alexandre, non pas critique d'art à Paris, mais honnête tisserand à Chassepierre !

Ce n'est pas tout, et je me gardais ceci pour la bonne bouche. En 1920, Delaw fit paraître un ouvrage illustré de quarante aquarelles et cent-dix dessins de son cru. Le livre est décrit comme, tout ensemble, journal intime, carnet de route et livre de raison. Il s'intitule... Sur les chemins de France ! Si je le savais, je le jure, je l'avais oublié. Je n'y pensais donc pas en rédigeant mon billet de ce 23 décembre, Amour, la France, lequel, du coup, à mon regard, sonne un peu comme une prémonition. Où la mer est bleue, ne peut être que doux le sable...

Impasse Girardon, un jour, Delaw avisa un gamin occupé à épingler un papillon sur un bouchon. Il l'aborda, apitoyé, et proposa quatre sous contre le papillon. Ravi de l'aubaine, le gamin accepta. Delaw sans perdre une seconde retira délicatement l'épingle et libéra le malheureux papillon. L'enfant déplora ce geste : « Oh ben alors ! C'était pas la peine de me l'acheter ! » Delaw répliqua : « Si, mon bonhomme ! Cela me fera un témoin à décharge pour le Jugement dernier. »

Tout n'est pas rose cependant. Où l'anarchiste rôde, qu'il soit de batiste ou de plastic, il faut du noir, et avec ça le ricanement bifide du Démon. Figurez-vous que mon père, à l'instar du sympathique et benoît Delaw, se prénommait lui aussi Georges. Il fallait bien qu'il y eût quelque part une ironie...

21 commentaires:

  1. Ah, les Soquettes ! Le café de la place Turenne ! Mais c'est toute mon enfance, les Soquettes ! Il n'a pas seulement changé de nom : il a carrément disparu, voilà peu d'années (j'ai oublié ce qu'il y a à la place, je regarderai ça la prochaine fois…), après avoir résisté plusieurs décennies, et “dans son jus” – je veux dire : son jus "années soixante", tel qu'il était quand je l'ai connu, enfant.

    RépondreSupprimer
  2. ô oui tel est l'ironie du sort M'sieur Yanka.. Moi-même je descends des Alexandre Dumas, mon grand-père Roger Dumas était cet homme portant la médaille, celle remise au Musée Dumas de Paris..
    Et le sang coule, comme un ruisseau au devant de la Seine, tout frétillant de cette ardeur de l'Origine, il remonte le fleuve... cet arbre de vie du code Léonard de Vinci..

    Vos écrits sont comment dire...merveilleux, je pense à ce film, de Lelouche " Itinéraire d'un enfant gâté " .. ou glacé qui sait .. en ces temps l'écran nous laisse de marbre, enraciné dans un seul grain de sable.

    Mes sincères salutations, et remerciements aussi..

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas cherché cette information comme quoi le Café des Soquettes n'existait plus (en tant que bistrot ou en tant que bâtiment ?),mais je me suis demandé pourquoi Jean Hubert Deleau avait donné ce nom à son bistrot. Figurez-vous qu'on appelle les gens de mon village natal les Soquets (bûches), parce qu'ils ont, dit-on, la tête dure comme une bûche de bois (rire). Y aurait-il un rapport ? Faisant des recherches sur "soquet", je m'aperçois que le terme existe en... occitan, avec le même sens et celui de "souche de vigne". Une "soqueta" en occitan est une petite souche.

    RépondreSupprimer
  4. J'ignore pourquoi ce regain d'intérêt autour de Delaw et Depaquit. Il y a quelques années, on trouvait peu d'informations. Un ouvrage doit paraître en 2012 chez Mardaga : "Georges Delaw, l'imagier".

    Autre question. Delaw signait George, sans "s", à l'américaine (ou anglaise) donc. Le passage de Deleau à Delaw peut s'expliquer de la même manière, sauf que la prononciation de Delaw est presque identique au patois. Pour "eau", on dit "èwe" ici (en Gaume, mais Herbeumont, à moins de 15 km d'ici, n'est pas en Gaume, mais en Ardenne, ou le patois diffère - la Gaume étant une région géologique mais aussi linguistique).

    RépondreSupprimer
  5. Avec ça, Didier, je vous ai trouvé des anciennes cartes postales du Café des Soquettes. L'une d'elle date des années 60, à voir les véhicules sur la place.

    http://www.delcampe.net/list.php?language=I&searchString=sedan+soquettes&cat=-2&searchMode=all&searchTldCountry=fr&searchInDescription=N&sessionToken=sslLogin_396499b9a114ec4361bfebe8f14d21f3

    RépondreSupprimer
  6. "le grimpant qui godaille"
    Euh...Traduction????

    RépondreSupprimer
  7. "le grimpant qui godaille"

    Pantalon avec de faux plis.

    "Godailler" est un vieux mot français d'acception populaire, et "grimpant" est argotique.

    On en apprend chez Yanka, hein ?

    RépondreSupprimer
  8. Le Café des Soquettes est devenu un marchand de fleurs.
    Le bâtiment existe toujours.
    C'est bien des bûches ou bûchettes que vient le nom...
    Attenant à cette boutique, il y a un immeuble où se tient une boulangerie. Sur le côté du bâtiment à 4 mètres de hauteur, il y a une plaque mentionnant la naissance de Georges Delaw, Imagier de la Reine.
    Delaw et Depaquit étaient des anarchistes tendres.
    Delaw a cependant fourni gratuitement des dessins à Jean Grave, pour sa revue anarchiste "Les temps nouveaux". Jusqu'au jour ou il eut besoin de nouveau d'un peu d'argent pour se nourrir...

    RépondreSupprimer
  9. J'aime bien votre blog mais vous oubliez de préciser que votre grand-mère maternelle Eugénie s'est mariée deux fois, et que son second mari était le frère du premier... Ce genre de détail mériterait citation!
    Il se trouve que je suis aussi en plein dans mes ancêtres Deleau en ce moment, mais ceux-là sont de Millebosc, en Saine-Maritime. Geneanet.org est une bonne source d'info!

    RépondreSupprimer
  10. @ Caroline

    Pour Eugénie Deleau, je le sais d'autant mieux que si je suis le petit-fils issu de son second mariage (avec Désiré P.), j'ai été élevé chez la fille qu'elle a eu de son premier mariage avec Auguste P., frère de son second mari. Cette dame qui m'a élevé, Jeanne P., était l'épouse de Vital Alexandre dont je parle ci-dessus. Le monde est petit, si la famille est grande !

    Je me suis beaucoup intéressé aux Deleau américains. Je possède pas mal de documents sur eux et leurs descendances (Altany, etc.) et même des photos de pierres tombales là-bas.

    D'accord pour Généanet, sauf qu'il faut être très prudent et ne pas recopier bêtement les données d'autrui sans vérifications. Toujours aller aux sources, si possible, au plus près des familles. Il m'est arrivé de relever là-bas des grossières erreurs ou des données fantaisistes. J'ai prévenu les propriétaires de ces arbres, fort peu se sont donnés la peine de corriger. C'est que certains s'amusent à gonfler leur généalogie par accumulation de données...

    @ Anonyme

    Un grand merci pour ces précisions. Donc le sens de "Soquettes" est bien celui que je devinais. Ce qui me lie davantage au personnage, puisque par ma naissance à Chassepierre, je suis un Soquet (j'ai en effet la tête très dure !)

    J'avais compris que Delaw était un anarchiste tendre, et je n'en doutais pas. Les Deleau que j'ai connus étaient d'une grande gentillesse.

    RépondreSupprimer
  11. Yanka,vous pourriez tout de même répondre à la duchesse de Montsoreau, la pauvre, son ésotérisme est une poésie

    RépondreSupprimer
  12. @ Henri

    Ésotérique à moitié, ésotérique à demi, ésotérique pas du tout... Il y a des choses venant de certaines personnes que je suis plus à même que d'autres à comprendre, sans me prétendre plus intelligent pour autant.

    RépondreSupprimer
  13. Très bonne histoire. Il n'y a pas de suspens, mais on lit jusqu'au bout.C'est ça le talent !

    RépondreSupprimer
  14. Bon réveillon à tous !

    Un plaisir de vous lire ici @ Marco Polo :) !

    Merci Yanka, pour tout ;-) ! Big BiZou !

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,
    j'ai coordonné en 2003 un n° de la revue "Les Amis de l'Ardenne" (n°1, été 2003, imprimé à Charleville-Mézières) consacré à Georges Delaw, avec de très nombreuses illustrations et un cahier couleur. Le n° est sans doute épuisé mais peut-être qu'en contactant la revue…
    A l'occasion de cette publication, nous avons monté une expo avec la médiathèque de Sedan qui possède un fonds important sur Delaw et son compère sedanais Depaquit, premier maire de la commune libre de Montmartre, dessinateur incisif, grand pochetron et expert en gaudrioles.
    L'exposition a été présentée à Sedan, Montmartre et Bruxelles, à la Maison du Livre.
    Un livre est effectivement en préparation chez Mardaga. Les signatures seront belges et françaises.On évoque aussi une possible exposition franco/belge.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour M. Frechet,

    Une connaissance à vous, et à moi aussi désormais (J.-P. Vasset), m'a apporté ce soir, sans que je demande rien, le fameux numéro des "Amis de l'Ardenne" que je vais lire attentivement, d'autant plus attentivement que me voilà intégré au projet du livre à paraître chez Mardaga !

    RépondreSupprimer
  17. J'ai toujours apprécié les illustrations de Delaw, ce sont des livres en général recherchés. J'en ai quelques uns que j'aime bien feuilleter. Mais avec ce nom comment pouvaient ils tenir un bar? Merci pour cette histoire et à suivre donc en 2012.

    RépondreSupprimer
  18. "Mais avec ce nom comment pouvaient ils tenir un bar?"

    Effectivement...

    Le père de G. Delaw était conducteur de malle-poste à une époque. Apparemment il s'arrêtait à Sedan pour boire un verre aux Soquettes du père Not(e)aux. Il y fut engagé comme garçon de café, fit la connaissance de la fille du patron, l'épousa, finit par devenir le patron... L'histoire ne dit pas si les clients des Soquettes furent dès lors abreuvés d'eau...

    RépondreSupprimer
  19. bonjour,
    Je fait des recherche sur george deleau car j 'ai recuperé un tableau de lui au crayon tous a fait dans sont style et au dos un mot signé de lui remercient quelqun pour un certain jacque donc surement sont fils merci de me contacter

    RépondreSupprimer
  20. Poules-au-pas

    Villa Arnaga *
    un… deux… trois petites poules
    marchent au pas de l’oie


    * haïku écrit le 18.05.13 en visitant la villa Arnaga qui est une maison construite par Edmond Rostand à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques) en 1903. Elle contient des fresques de Georges Delaw dont celle représentant une paysanne et trois poules


    RépondreSupprimer